mercredi 29 août 2012

LE MONDE (Arcane 21)


« LE MONDE» est un terme générique désignant la Terre comme l’univers soit, tout ce qui existe. On pourrait encore plus justement parler de La Création. 

Ce terme désigne également la vie. Le mot "monde" renvoie à plusieurs dimensions d’existence avec notamment le monde intérieur et le monde extérieur, le monde matériel et le monde spirituel, le monde sensible et le monde concret, solide... 

Sur Terre existent un monde minéral, un monde végétal, un monde animal et le monde des humains sensibles au monde de Dieu, des dieux, c’est-à-dire pouvant être réceptifs aux forces créatrices supérieures. L’arcane majeur nommé le Monde est rattaché à la famille cosmique des planètes. 

Le nombre « 21 » est le nombre de la perfection (3 X 7 = 21 : la sagesse divine et la lumière éternelle) 

En numérologie, le nombre « 21 » découle du principe 3 (21 = 2 + 1 = 3), symbole de l’esprit. Ici, le chiffre nucléaire 3 a accompli avec succès deux cycles d’évolution, (3 – 12 – 21), il vibre maintenant à 300. 

L'arcane LE MONDE est le dernier des arcanes majeurs numérotés. Le nombre de cet arcane exprime les vibrations les plus subtiles de la série. Après, on peut imaginer que le développement se poursuit dans une autre dimension d’existence. Le système du Tarot s’arrête à ce point de l’évolution de l’esprit animé. 

Autant le nom, l’image et le nombre de cet arcane signalent un aboutissement, une réalisation de soi ou d'une entreprise. À ce niveau d'être, la pensée créative agit, conçoit, opère sur le monde matériel. Pensée et action physique fonctionnent à l'unisson. Soi et le monde sont en parfaite relation. 

L’image de l’arcane le Monde est conçue de façon originale, sa structure ne ressemblant à aucune autre image des arcanes majeurs. Le dessin n’a qu’un plan, le céleste. Seuls les dessins des arcanes la Force et le Monde ne présentent qu’un plan (sur les autres arcanes on voit la terre, sauf sur les arcanes la Papesse et le Pape qui n’affichent pas de sol mais un décor qui contient passablement de matière, ainsi que sur l’arcane le Pendu qui contient néanmoins une grosse quantité de végétation dont des arbres).
Sur ce fond céleste figurent, dans les quatre coins, trois animaux et un ange. 

Au centre de l’image se trouve une sorte de couronne de végétaux, peut-être de lauriers. Au centre de cette couronne est représenté un personnage dont il est difficile de déterminer le sexe. Il paraît androgyne. Serais-ce « Hermaphrodite» »? 

Sinon, cette lame représente une femme nue, symbole de pureté. Elle est en mouvement, ses jambes bougent et son écharpe vole au vent. Et souvent on l’identifiera à Venus, Aphrodite, cette déesse de l’Amour et de la Beauté, née de l’écume de la mer, et Reine du Monde! 

Les lauriers indiquent la victoire, plante immortelle qui récompense les héros et les sages. (Le sphinx, animal mythique, renaît de ses cendres après avoir construit un nid de feuilles de laurier). C'est le symbole du succès absolu, de la concrétisation, de la fin de la quête. La baguette qu’elle tient dans sa main gauche lui permet de capter et de transmettre les énergies. Je dirais qu’il s’agit ni plus ni moins d’une « baguette magique »»! Et ce personnage a réuni tout les pouvoirs en cette seule baguette. 

Les 4 éléments sont représentés par la symbolique astrologique ou évangélique : 

Le Taureau, signe de terre = St-Luc 
Le Lion, signe de feu, St-Marc 
L’Aigle, Le Scorpion signe d’eau, St-Jean 
L’Ange, Le Verseau, signe d’air, St-Matthieu. 

La carte du Monde est peut-être la meilleure de tout le jeu de Tarot de Marseille. Elle symbolise la fin du chemin initiatique débuté avec la lame du Bateleur en première position, et représente par là même l'accomplissement, la victoire! Quel que soit le domaine concerné, Le Monde présage donc d'un avenir radieux, où les obstacles auront été franchis et où le consultant pourra profiter d'une félicité bien méritée. Le bonheur est à l'horizon. 

Symbolique négative du Monde : Même à l'envers ou mal placée dans un tirage, la carte du Monde n'a pas une symbolique réellement négative. Elle se contente dans ce cas d'avoir une signification atténuée : le succès sera au rendez-vous mais de nombreuses difficultés seront à surmonter auparavant ; il y aura peut être des retards avant la concrétisation d'un projet ; le consultant vivra peut être de petites désillusions et se verra dans l'obligation de revoir à la baisse certaines de ses espérances. Mais au final il atteindra tout de même son but et l'harmonie sera au rendez-vous dans l'avenir, simplement peut être un peu plus tard.

Sens spirituel : le Tout, l’Univers, la Création 
Sens animique : Dépassement des conflits 
Sens physique : Totalité des énergies disponibles



OPTIQUE « SENS ÉLÉMENTAIRE » 
Mot clé : ABOUTISSEMENT - ELEVATION / repli, isolement, prisonnier 


POSITIF : ATTEINTE D'UN BUT, VICTOIRE, REUSSITE, MILIEU FAVORABLE, JOIE 
NEGATIF : OBSTACLE INSURMONTABLE, ECHECS, CONTRETEMPS, MILIEU HOSTILE 

Annonce un accomplissement, un achèvement, un bonheur total, une réussite complète, une joie parfaite. Cet arcane révèle aussi parfois un état d'âme, les pensées et les sentiments qui relient les êtres les uns aux autres, des préoccupations d'ordre collectif ou communautaire, de hautes aspirations, des motivations nobles et généreuses. Mais sa présence dans votre tirage peut aussi simplement symboliser l'ensemble de votre situation à un moment de votre vie. 

Significations positives : réussite, accomplissement, couronnement d'une entreprise ou des efforts, bonheur, plénitude, grandes perspectives, facilités de contact, épanouissement, possibilités d'expansion, ouverture au monde, collectivité, idéalisme, esprit éclairé. C’est une carte favorable à propos d’un résultat souhaité, réalisations d’objectifs à long terme, réussite, une union durable et fertile, un concours de circonstances favorable, la chance, l’opportunisme, la popularité, les mondanités, la collectivité, la résolution d’un procès, un accroissement de fortune, un grand voyage. Vous êtes sur la voie du succès et de la réussite. De grandes satisfactions vous attendent que ce soit sur le plan personnel, professionnel ou sentimental. Tout ce qui vient de l'étranger ou des étrangers est favorable. 

Significations négatives : Dépendance des influences extérieures, ambitions démesurées, irréalistes, utopiques, imperfection, inachèvement, mondanité, entourage hostile, sacrifice nécessaire. L'entourage est défavorable, sortez de ce carcan qui vous entrave. Vous êtes mal conseillé. Insuffisance, étroitesse d'esprit, petitesse, courte vue. L'étranger vous est vivement déconseillé. Procès ou activités aboutissant à un échec, tâches imparfaites, sacrifices et efforts stériles. Égocentrisme, amitiés et relations hypocrites, un entourage hostile. 

Sur le plan sentimental : Le Monde est une excellente carte d'un point de vue affectif. Quelle que soit la situation du consultant, elle présage d'un avenir sentimental radieux. Les relations seront profondes et empreintes d'honnêteté et de respect mutuel. Les échanges seront chaleureux et règnera une atmosphère de sérénité des plus agréables. La concrétisation d'une relation - emménagement, mariage, naissance - est envisageable. 

Sur le plan professionnel : Tous les projets d'ordre professionnel seront placés sous les meilleurs auspices. Les échanges seront efficaces et agréables, les relations cordiales, les négociations aisées. Une progression - évolution de poste, de société, voire changement d'orientation - est à prévoir. Ceux qui sont sans emploi devraient voir leur recherche couronnée de succès. 

Sur le plan social  : un étranger, une structure ou une entreprise internationale, un lauréat; un individu pleinement épanoui dans une activité, un artiste de renom, une personne très connue, une célébrité. 

Sur le plan matériel : La situation financière du consultant devrait vivre une embellie, surtout s'il avait des soucis dans ce domaine. Il y aura de belles rentrées d'argent et la résolution d'un problème qui pesait jusqu'alors sur son budget. 

Santé : Guérison, fin des problèmes

DANS UN TIRAGE EN CROIX

Ce que signifie cet arcane, suivant sa position, dans le cadre d'un tirage en croix :

À gauche, libre de son destin. Cette personne a toutes les ressources pour s'accomplir. 
À droite, les blocages sont importants, ils viennent principalement de l'extérieur. L'obstacle est de taille 
En haut, les chances de réussite sont extrêmement importantes. Les possibilités qui s'offrent à cette personne sont très favorables à son évolution. 
En bas, le succès est au rendez-vous. La gloire et la reconnaissance sont un rendez-vous. 
En synthèse, la réussite est totale ! Le consultant sera en état de grâce et réalisera ce qu'il souhaite : ses rêves, ses idéaux. Sa notoriété sera importante, son œuvre grandiose et reconnue par tous. 

LE MONDE EN BREF
Vous vivez dans le meilleur des mondes possibles. Tout va au-delà de vos espérances, l'atmosphère autour de vous est favorable. Le travail effectué dans le passé est enfin récompensé. 

Votre intégrité absolue vous vaut le respect et l'admiration. Vous faites preuve de bons sens et d'esprit de synthèse. Il se peut qu'une tierce personne ait influencé la période vécue avec triomphe, voire délice. Un voyage envisagé doit se faire, car il peut être vécu comme un achèvement ou un épanouissement. Quelles que soient les épreuves, vous vous êtes donné les moyens d'en sortir vainqueur. 

OPTIQUE « ÉVOLUTION PERSONNELLE »


De l’ensemble de l’image ressort trois plans avec quatre dimensions de l’existence : 

- le monde divin, avec l’ange ; 
- le monde terrestre, avec les animaux ; 
- un monde intermédiaire qui relie notre soi au divin et au terrestre (plan constitué par la couronne de végétaux) ; 

Le tout fonctionne en une interaction harmonieuse et intelligente. 
Il est à relever que le sentier d’or se trouve dans la dimension intérieure. 

Sur le plan psychologique, le personnage semble regarder en arrière et il s’apprête à avancer, la jambe gauche prenant son élan. La posture physique est ouverte sur l’avenir. Ce personnage paraît signifier sa reconnaissance en se retournant vers son passé. Il s’apprête à aller de l’avant, vers l’inconnu, en suivant le sentier lumineux.Cette représentation renvoie au Soi, à l’Être profond à la fois masculin et féminin, prêt à s’engager dans sa voie propre, prêt à faire face humblement à son destin.

Cet individu dispose d’une conscience et d’une intelligence supérieures, il est connecté avec les éléments et forces extérieurs, dont un ange. Il a intégré les quatre aspects de la puissance : la perceptive-sensitive sensibilité, le contrôle de l’agressivité sexuelle, l’innocence et l’élan généreux du sentiment, ainsi que de l’esprit déterminé devenu clairvoyant. 

Je reviens sur les quatre symboles majeurs disposés dans les angles de l'image : un bœuf, un lion, un ange et un aigle. 

Le bœuf représente l'élément terre, la matière solide et, sur le plan de l'individu, le corps physique, l'instinct de survie et le besoin de sécurité. 

Le lion représente l'élément feu, l'énergie vitale et, sur le plan de l'individu, l'agressivité et l'instinct de reproduction soit, la sexualité. 

L'ange représente l'élément eau, la puissance du sentiment et, sur le plan de l'individu, les émotions subtiles, le sentiment bienveillant et pur, l'innocence. 

L'aigle représente l'élément air et, sur le plan de l'individu, la pensée intelligente capable de considérer autant une vue d'ensemble que le plus infime détail d'une situation. 

Les lions et aigles sont auréolés, ce qui signifie qu’ils ont été spiritualisés. Le potentiel énergétique des instincts sexuel et agressif, ainsi que de la pensée, est sublimé à volonté, de façon intelligente et sage.

Sur le plan spirituel, nous avons vu avec l’arcane LE JUGEMENT que l’Individu favorise l’être plutôt que l’ego (ou que l’avoir). L’Individu est intègre (a passé le seuil de l’arcane le Jugement), sensible (a intégré le pouvoir de l’arcane la Lune) et intelligent (a intégré le pouvoir de l’arcane le Soleil). À ce niveau, l’individu maîtrise parfaitement ses trois centres de fonctionnement : 

- son centre moteur-instinctif (le bœuf et le lion) ; 
- son centre émotionnel (l’ange) ; 
- son centre intellectuel (l’aigle). 

Cette maîtrise du monde extérieur ainsi que de sa façon d’être en relation avec, sa maîtrise de soi tout comme son intégrité et son humilité, tout cela procure à l’Individu du pouvoir, de la puissance. L’Individu devient un élément essentiel du monde. Et son âme s’élance vers l’inconnu et l’éternité. 

Le monde se nourrit de lui-même pour être le monde. Tel est le grand principe immuable de la vie. Tel est également le principe du vingt et unième arcane majeur du Tarot divinatoire, qui en est aussi l'ultime, celui d'un accomplissement, d'une fin qui est un commencement.

Le noyau est au cœur du fruit, c'est femme debout, dans la position exacte du Pendu, mais cette fois sans autre lien, sans autre attachement que d'être au centre de tout, réceptacle et semence à la fois, vie et mort et mort et vie éternellement recommencées. 

L'écharpe qui s'enroule autour de son corps est une figure de Nahash, "serpent" en hébreu, le plus rusé des anges, littéralement "celui qui conduit" ou l'initiateur, le guide, l'enseignant. Il symbolise les forces énergétiques, le pouvoir psychique. 

La symbolique de cet arcane implique une vision globale, générale, absolue des choses. La mandorle de lauriers dans laquelle se tient la femme sur un pied figure la matrice qui nous fait naître au monde supérieur. 

Ici, tous les éléments sont rassemblés pour que notre conscience puisse s'éveiller, pour que les temps et destinées puissent s'accomplir.

Les quatre éléments sont représentés à travers les quatre figures ; le taureau symbolise la Terre, puissance de la vie plantée dans la réalité matérielle, mais dont les cornes sont reliées au Ciel ; le lion figure l'élément Feu, puissance de la lumière qui vivifie, consume ou purifie, révèle ou aveugle ; l'aigle représente l'Air, l'une des plus belles représentations de l'esprit, des courants (ondes, vibrations, pensées) qui circulent dans les êtres; l'ange figure l'élément Eau, puissance de l'amour qui se tient au seuil de ka porte du cœur et qui porte un message de paix et de destruction, d'amour et de révélation à la fois. Le message de cet arcane est que chacun de nous porte en lui ce monde-là. Il n'est ni accessible, ni illusoire ou utopique. Il est ce que nous sommes.


OPTIQUE THAUMATURGIQUE
MAGIE DU NOMBRE 21 (XXI)


Nombre "21", l'Arcane "LE MONDE" dans le Livre de Thot est celui de l’accession à sa propre divinité. La maîtrise des cinq sens physiques, des cinq sens spirituels donne accès aux cinq sens divins de la supraconscience et qui donnent pouvoir sur les cinq éléments. 

La troisième position de ce Nombre dans le septième ternaire (19-20-21) en fait un Nombre sous influence du Destin, ce que confirme sa réduction théosophique (2+1 = 3). L’addition théosophique des 21 premiers Nombres nous donne 231 (les Nombre du Ternaire Divin), ce qui nous ramène en réduction théosophique à : (2+3+1 = 6), un autre Nombre du Destin. Il est intéressant de comparer ce Nombre 231 à celui qu’indique le Sépher Yetsirah dans lequel, parlant des lettres hébraïques, il est dit : 

Elles se renouvellent dans un cycle et existent dans 231 portes. Tout ce qui est formé et tout ce qui est parlé émane du Nom Unique. 

Comment comprendre que ce Nombre Vingt-et-Un puisse être en même temps la supraconscience divinisée et sous influence du Destin... 

La réponse est dans la combinaison des Nombres Puissances qui le composent. Le Nombre Deux la Conscience différenciée de l’universel (le Nombre Six l’ombre-notre de l’Adam du sixième jour), qui s’unit à la Providence, le Nombre Un pour agir par ses pouvoirs, et en harmonie avec les Lois de la Providence, sur les éléments du Destin. Si notre Ternaire Divin est constitué par les Nombres Un, Deux, Trois, celui de la supraconscience différenciée de l’universel est constitué par les Nombres Deux, Un, Trois, ou pour l’addition théosophique des Vint-et-Un premiers Nombres, par la suite Deux, Trois, Un. Dans tous les cas ce Nombre Vint-et-Un est une déclinaison directe du Ternaire Divin Un, Deux, Trois, son ombre-notre. 

Nous avons vu que l’individu dans sa partie organique est composé de cinq sens physique, et dans sa partie non physique (métaphysique), de cinq sens spirituels qui sont : la clairvoyance, la clair-audience, l’intuition, la mémoire et l’imagination. Pour les cinq sens de la supra-conscience nous aurons : le fameux Discernement : 

Et-vous serez tels-que Lui-les-Dieux, connaissant-le-Bien-et-le-Mal. 

La Volonté (la faculté volitive d’Adam son libre arbitre et l’expression de sa divinité : 

Je-suis-celui-qui-se-crée-lui-même ; l’Omniscience, ce lien direct avec les ressources de l’Akasha, l’Ubiquité, que nous avons inconsciemment exprimé par la multiplication d’une cellule source pour constituer notre enveloppe organique, et enfin l’Éternité celle qui nous fait prendre conscience que nous ne sommes ni le passé ni le futur, mais l’Éternel Moment Présent, le centre du cercle des manifestations instrumentalisées par notre libre arbitre. Cette sortie de l’inconscient collectif pour accéder à la supraconscience procure aussi, par la maîtrise de ses cinq sens, la faculté de divination. Sur ce sujet je crois utile de reprendre ce qu’en disait Eliphas Levi dans Dogme et rituel de la haute magie : 

L’un des privilèges de l’initié au grand Arcane, et celui qui résume tous les autres, c’est la Divination. 

Suivant le sens vulgaire du mot, deviner signifie conjecturer ce qu’on ignore mais le vrai sens du mot est ineffable à force d’être sublime. Deviner (divinari), c’est exercer la divinité. 

Le mot divinus, en latin signifie plus et autre chose que le mot divus, dont le sens est l’équivalent de l’homme-dieu. Devin, en français, contient les quatre lettres du mot Dieu, plus la lettre N, qui correspond, par sa forme, à l’aleph hébreu, et qui exprime cabalistiquement et hiéroglyphiquement le grand Arcane, dont le symbole, dans le Tarot, est la figure du Bateleur. 

Celui qui comprendra parfaitement la valeur numérale absolue de l’aleph multiplié par N, avec la force grammaticale de l’N final dans les mots qui expriment science et art ou puissance, puis qui additionnera les cinq lettres du mot Devin, de manière à faire rentrer cinq dans quatre, quatre dans trois, trois en deux et deux en un, celui-là, en traduisant le nombre qu’il trouvera en lettres hébraïques primitives, écrira le nom occulte du grand Arcane, et possédera un mot dont le saint tétragramme lui-même n’est que l’équivalent et comme l’image. 

Être devin, suivant la force du mot, c’est donc être divin, et quelque chose de plus mystérieux encore. 

Les deux signes de la divinité humaine, ou de l’humanité divine, sont les prophéties et les miracles. Être prophète, c’est voir d’avance les effets qui existent dans les causes, c’est lire la lumière astrale ; faire des miracles, c’est agir sur l’agent universel et le soumettre à notre volonté. 

Dans cet admirable extrait, Eliphas Levi nous livre une des clés du grand Arcane celui du Nombre Vingt-et-Un, qui je le rappelle contient en lui les vingt autres Nombres Puissances plus le Zéro, et qui est l’un des sens divin de la supraconscience l’Omniscience, ou la divination comme il nomme cette faculté. Cette divination n’est rien d’autre que la sublimation de notre sens spirituel l’Intuition qui a permis de recevoir les lumières de la Providence au fur et à mesure de l’évolution. Lorsque cette Intuition, par son haut niveau vibratoire, est en harmonie complète avec le niveau vibratoire des Lois de la Providence, alors elle devient par amplification de sa résonance, divination par la lecture directe du sens cachant du langage analogique des archives Akashiques, comme était capable de le faire Adam dans sa forme glorieuse, lisant directement dans Lui-les-Dieux .

Ce Nombre 21, qui avec le Zéro fait Vingt-deux Nombres Puissances, est l’Arche d’alliance tel qu’il est conseillé à Nôah de la construire tout au long de ces VINGT-DEUX versets de ce chapitre VI de La Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, la numérologie des Tables de la Loi devient ici éblouissante de cohérence et d’harmonie... 

Pour mémoire je rappelle que l’Arche d’alliance avait quatre chérubins dont les ailes se touchaient. À l’intérieur de l’Arche se trouvait le Bâton fleuri d’Aaron, la Coupe ou Gomorh contenant le Mana, les deux Tables de la Loi, et le Mana dans le Gomorh ; le Nombre Quatre y figurait en tant que résultat de l’addition théosophique du nombre Vingt-Deux (2 + 2), mais aussi comme sainte Tétracktys, notre Ennéade primordiale. 

La lame du livre de Thot nous représente le Nombre Vingt-et-Un sous la forme d’une figure hiéroglyphique comprenant une femme nue au centre d’une couronne formant un cercle ( le Zéro ou le O de l’Oméga ) ; le langage analogique nous en indique clairement le sens à savoir : la faculté volitive (la Conscience) qui est devenue, par la reconquête de ses pouvoirs, le centre de l’Éternel Moment Présent, qui lui-même est le germe duquel sortiront les arborescences qui feront croître la sphère des manifestations autant-que-possible, et dans laquelle on retrouvera les fils et filles de cette Vierge. Cette femme nue, c’est aussi l’aspect symbolique de la Vérité sans voile, de la nature humide et fécondante, qui devient le magnétisme attracteur des forces de la Création qui se retrouvent aux Quatre angles de la lame sous l’aspect du Lion symbolisant le Feu, du Bœuf symbolisant la Terre (voir signe du Taureau) de l’Aigle symbolisant l’élément Air, et de l’Ange l’éther des puissances spirituelles et Akashiques. 

Ce magnétisme attracteur est celui qui permet à la supraconscience d’agir sur l’agent universel et de le soumettre à sa volonté. Les cinq éléments que contient cette lame, sont comparables à la quintessence de la lame du Nombre Cinq, Seth/Vierge à laquelle je renvoie, pour une pleine compréhension de ce langage analogique sublime, et les dialectiques qu’entretiennent ces Nombres de pouvoirs indissociables les uns des autres et qui se parlent et se répondent sans cesse, soit par leur numérologie, leur addition ou réduction théosophique, leur position au sein du Ternaire Divin ou sur le plan planétaire ou zodiacal, ou encore par une appartenance à un élémental. 

La Quintessence du Nombre Vint-et-Un est une déclinaison de celle de Seth/Vierge, qui, par son retour à l’homogène, en devient le centre du cercle de ses propres manifestations, car ne l’oublions pas, chaque Nombre Puissance n’est jamais séparé des autres, et celui qui domine dans une manifestation, le fait en utilisant le subtil et savant dosage des autres Puissances qui lui confèrent le pouvoir de l’ipséité de sa supraconscience. 

La sentence 22 du Tao-Tô-King me paraît illustrer merveilleusement ces Vingt-deux premiers Nombres : 

Ce qui est incomplet s’accomplira. Ce qui est courbé deviendra droit. Ce qui est vide sera rempli. Ce qui est usé deviendra neuf. N’avoir rien et se sentir comblé. Être riche, et garder sa simplicité. Ainsi est le sage. Il embrasse l’Unité. Il vit caché et pourtant tous le voient. Il ne s’affirme pas et pourtant il s’impose. Il ne se vante pas, et son mérite éclate. Absent à lui-même, sa présence s’accroît. Étant sans ambition, il ne heurte personne. Il ne lutte point. Ainsi nul ne peut l’égaler. Ce qui est incomplet sera achevé. Cette sentence ancienne est pleine de vérité car seul celui qui plie reste intègre. Reste humble et garde l’esprit ouvert : tu recevras le monde. 

Le Nombre 21 a pour lettre hébraïque Shin, nom divin Schadaï (tout puissant). 

Vocabulaire radical de La langue hébraïque restituée : 

Ce caractère appartient, en qualité de consonne, à la touche chuintante ; et peint d’une manière onomatopée les mouvements légers, les sons durables et doux. Comme image symbolique, il représente la partie de l’arc d’où la flèche s’élance en sifflant. 

C’est, en hébreu, le signe de la durée relative et du mouvement qui s’y attache Il dérive du son vocal Yod, passé à l’état de consonne, et prononcé JE ; en joignant à son expression les significations respectives des consonnes Zaïn et Samech. 

Employé comme relation prépositive, il constitue une sorte d’article pronominal, et se place à la tête des noms et des verbes, pour leur communiquer la double puissance qu’il possède du mouvement et de la conjonction. Son nombre arithmétique est 300. 

Le 21 est le nombre de la perfection (3 X 7), c'est aussi celui des 21 attributs de la Sagesse. 21 est l'inverse de 12 : 2 nombres formés de mêmes chiffres dans un ordre différent. René Allendy dans la Symbolique des Nombres ajoute : 12 est pair, c'est une situation équilibrée résultant de l'organisation harmonieuse des cycles perpétuels (12 = 3 X 4 ); 21 est impair, c'est l'effort dynamique de l'individualité qui s'élabore dans la lutte des contraires et embrasse la voie toujours nouvelles des cycles évolutifs. 

21 est un nombre fécond, dynamique, c'est ce qui explique que de nombreuses sociétés aient pris 21 ans comme âge de la majorité et de la responsabilité. 

LE MONDE est la meilleure lame du Tarot; toujours bénéfique et positive, elle emmène le néophyte sur le chemin de l'initiation et l'initié dans la voie de la compréhension ultime. Le Monde, sur un plan concret et pratique, évoque toujours le succès, la réussite, les relations positives avec l'étranger. Elle parle de rayonnement personnel accru, voire de véritable triomphe. 

Le pouvoir du Monde : fait accéder à de belles satisfactions personnelles, met en contact avec l'étranger ou les étrangers, donne la réussite totale sur un projet, permet l'épanouissement tant physique que psychique, donne la plénitude. 

Les correspondances cabalistiques : l'onyx, l'indigo, le violet, le crocodile, l'aigle, le taureau, le cheval, le figuier, les grottes, les cavernes, les sources, mais également la montagne et ses sommets, l'aubépine, la rose, la mauve, le parme.

Ses significations : achèvement, accomplissement, communion, plénitude 

Ses verbes : obtenir, accomplir, réussir, assouvir 

Sa personnalité : une personne heureuse, comblée, pleinement épanouie, généreuse, douce, ou ayant de grandes possibilités 

Sa situation : une situation générale, englobant tous les aspects de la vie d'une personne à un moment donné, une réussite absolue, une totale satisfaction 


OPTIQUE « INITIATIQUE » 


Avec LE MONDE nous som­mes confrontés à l'une des conjectures les plus curieuses qui soit en matière d'occultisme et d'ésotérisme. Certains adeptes, et non des moindre, du Li­vre de Thot en particulier le mystérieux groupe de martinistes et de rosicruciens qui rayonna à Saint-Pétersbourg jus­qu'à la révolution de 1917 et dont les travaux sont parvenus à certains d'entre nous par bribes orales ont « replacé » cette lame majeure, affectée du nu­méro 21 dans le Tarot originel, au bout de la chaîne des Arcanes, à la 22ème place, pour des raisons selon moi assez discutables car liées à l'hypothétique correspondance entre Les Lames Majeu­res et les lettres de l'alphabet hébreux, laquelle correspondance n'a jamais été dans l'intention des inventeurs des images sacrées de la Rota imagée. 

J'aurais pu néanmoins souscrire à ce rétablissement d'ordre en interposant, à la vingt et unième place, "LE MAT" (ou Fou), entre LE JUGEMENT et LE MONDE, pour un tout autre motif tiré de la nature synthétique des enseignements du Mat et du Monde, mais assurément pas pour des raisons de nature kabbalistique admises par les cercles occultistes du XIX ème car je n'ai jamais adhéré à ces assimilations en tous genres, d'ailleurs apparues tardivement dans l'histoire du Tarot, qui ne correspondent ni à son histoire ni à son contenu et parce que ce livre universel n'a jamais été assimilable à un quelconque système religieux ou philosophique puisqu'il les comprend tous en même temps, puisqu'il englobe à lui seul l'ensemble des Sciences Sacrées. Mais placer  LE MONDE en dernière place du Grand Livre, y compris derrière LE MAT, ne me paraît pas juste parce que si avec lui nous sommes en présence d'une synthèse parfaite des principes cosmogoniques et ontologi­ques portés par les vingt lames qui le précèdent, il représente le «terrain de jeu» du « Mat» auquel il va apparte­nir d'emprunter l'ensemble du chemin tracé par les vingt Arcanes Majeurs qui précèdent «Le Monde» parachevant lui-même le chemin. 

Je ne pense donc pas qu'il faille souscrire à la modification d'ordre des Lames du Tarot suggérée par les occultistes précités qui, malgré leur grande connaissance de la science d'Hermès, ont à ce propos confondu le Chemin et le Pèlerin, l'initiation et l'initié. 

Les vingt deux Arcanes Majeurs, en leur représentation et ordre donnés par leurs géniaux et inconnus créateurs, constituent un ensemble cohérent et indissociable d'exercices spirituels destiné, chacun, à révéler individuellement les clefs du mystère de la Création issue de la Pensée Divine originelle dont rien ne justifie une modification de leur ordonnancement. 

Si l'on considère que les 22 Arcanes Majeurs du Tarot constituent le support académique universel de toute la Connaissance mise à la disposition de l'Initié authentique, qu'ils remplissent le rôle d'un programme d'enseignement général des sciences occultes enfin as- semblées de manière cohérente (c'est à dire de la Connaissance cryptée dans la Cabbale, l'Astrologie, l'Alchimie et la Magie Sacrée, rendue accessible par la méditation et l'intuition), LE MONDE a pour vertu de rendre cohérent ce qui lui précède ; étant précisé (autre piste de recherche pour les hermétistes sincères et persévérants) que les cinquante six arcanes mineurs du Tarot ne sont que le développement, qu'une application détaillée, de cette vingt et unième Lame du Grand Livre de la Nature et de la vie, lequel s'adresse dans son ensemble, à la fois à la conscience qui s'exerce dans le plan de l'action et de l'actualité et à la conscience en ses différents plans et qui a pour vocation, in fine, de replacer le chercheur au niveau de l'Émanation et de la Réalité. 

Dans un tel contexte, et compte tenu de ce que «Le Monde» peut à Lui seul susciter un ouvrage interminable, seules quelques pistes de réflexion et de méditation peuvent être données ici quant à cette Lame dont la signification profonde, métaphysique, apparaîtra individuellement à chaque adepte respectueux du Livre en cours de voyage. 

Tout d'abord, et comme par «hasard», La Lame que constitue «Le Monde» comporte comme symbole essentiel une femme, ou plus exactement une danseuse sacrée tenant la baguette magique en main gauche et un philtre d'enchantement en main droite, baguette qu'elle tient verticalement, dans le geste de l'art sacré imitant le mode opératoire de L'Esprit Divin, lequel symbolise le pouvoir créateur agissant en bas sur le modèle de ce qui est en haut. Le Philtre, opposé de la baguette de l'œuvre divine réelle, est à l'origine des illusions créées de toutes pièces par la pensée de l'homme, lesquelles sont très déstabilisantes voire destructrices par les désillusions qu'elles suscitent une fois les mirages du plaisir immédiat dissipés. 

Cette danseuse sacrée s'inscrit dans une guirlande tricolore circulaire représentant le mouvement immanent de la croissance évolutive qui anime de manière perpétuelle le monde en marche. 

Cette guirlande délimite en outre le champ de la manifestation où vont s'exprimer, sous forme de l'élan vital, les quatre éléments à l'origine des phénomènes de la vie et qui sont représentés dans les angles de la lame par les quatre figures du quaternaire cosmogonique du Taureau, de l'Aigle, du Lion et de l'Ange. Les quatre figures (rendues à leur véritable usage par Ézéchiel dans ses prophéties et Saint Jean dans son Apocalypse), représentent les quatre éléments constitutifs du mouvement instinctif primordial et qui ne sont ni des substances chimiques à manipuler inlassablement pour y trouver quelque or métallique, mais bien les différentes sortes de mouvement inhérentes à toute substance du monde en marche. 

Au dessus du monde, le nôtre, c'est à dire le globe terrestre, danse une femme entièrement nue (est-ce une coïncidence, la déesse sumérienne de l'amour et de la guerre Ishtar était représentée nue sur les stèles de l'empire assyrien), sans fard ni accessoires dissimulateurs, ce qui permet à la vérité de se manifester sans réserve en l'absence du voile des apparences pour révéler la véritable essence des choses. 

Avant que ne se lève le voile des mensonges, des erreurs et des préjugés», la sphère des mirages n'est pas épargnée aux ésotéristes, gnostiques et mystiques à La recherche de l'expérience spirituelle authentique qui se trouvent toujours à un moment ou à un autre confrontés à ce redoutable piège car, pour accéder à la sphère de l'Esprit Saint et des hiérarchies célestes, il faut traverser pour s'en libérer la sphère du faux esprit de la conscience de soi qui inonde l'âme en un flot d'énergie psychique temporaire prêt à fournir des visions intellectuelles aussi éblouissantes qu'inutiles. 

Sombrer dans l'illusion de cette sphère des mirages produit les faux prophètes et les vrais usurpateurs de l'Art Royal abordé par mégarde et utilisé par défaut par des êtres qui peuvent manifester un esprit brillant et indépendant mais qui sont devenus les spectateurs de leurs propres révélations personnelles qu'ils confondent avec les véritables révélations d'en haut. 

Une fois que l'égaré est pris dans leurs mailles les mirages peuvent se dissiper qu'à un prix considérable eu égard à l'ampleur de l'effort nécessaire et c'est ce qui justifie que ce piège et danger de la sphère du mirage est à l'origine du voile du secret derrière lequel se protège l'ésotérisme authentique et l'intuition de l'amour divin car le chemin de l'expérience spirituelle comporte nécessairement cet affrontement avec les mirages de l'illusion non dissipée et redevenue reine : Ce que les cherchants de tous les temps ont appelé «l'illumination séduisante». 

Toute cette allégorie nous enseigne que le véritable esprit mystique cherche la vérité en elle-même et non pas la satisfaction de la vérité découverte. Notre « Dame du Monde » nous indique en résumé sur cette partie de son enseignement que l'ésotérisme, l'hermétisme, l'occultisme, le mysticisme, nécessitent l'intelligence et la foi, la science et la spiritualité, pour se protéger de la sphère des illusions. 

La sphère des mirages intellectuels est la plus redoutable qui soit sur le chemin car en son sein vérités et mensonges sont inextricablement mêlés de telle sorte que le faux s'appuie sur le vrai et que les idées ainsi altérées revêtent souvent une illusoire splendeur propre à griser l'âme. 

Notre femme, centre du Mon­de, danse c'est à dire qu'elle nous suggère une conception du monde évoluant selon le rythme céleste symbolisé par le mouvement incessant de la psyché féminine résultant des qua­tre instincts primordiaux ; cette danse sacrée évoque également l'idée que le monde est une œuvre d'art divine résultant de la transformation du chaos primordial en cosmos organisé de manière harmonieuse. Nous sommes là encore en présence d'une analogie nous mettant en concordance avec l'art magique ou Divin accessible aux hommes au moyen de l'Art Royal) selon lequel l'acte préalablement pensé transforme l'Idéal, c'est à dire ce qui existe tant dans la Pensée Divine originelle dans l'Esprit Divin incarné en l'homme) en réalité vivante. 

Nous retrouvons ici la philosophie platonicienne et néopla­tonicienne, reprise par Schopenhauer et Theillard de Chardin, selon laquelle l'Homme, archétype de la nature en évolution, préexiste par l'Idéal qui a produit ensuite la multitude des hommes. 

C'est ainsi que les génies intuitifs créateurs du Tarot, au même titre d'ailleurs que ceux qui ont écrit l'histoire de la pensée égyptienne au moyen des hiéroglyphes primitifs, ont exprimé les lois surnaturelles en des images lisibles au delà des alphabets et des langages, images ayant aussi pour effet de créer dans l'âme des lecteurs des reflets du mystère du Grand Œuvre, Bien entendu, ces langages universels destinés à l'esprit ne sont pas accessibles à la pensée uniquement matérialiste ou rationnelle dont la réflexion s'arrête dans le vestibule de l'intelligence et pour laquelle la beauté se rigidifie en principes moraux et en lois humaines selon lesquelles le beau n'est qu'un devoir de pure satisfaction personnelle. 

Depuis l'extraordinaire étude d'Aby Warburg sur les danses rituelliques des indiens Hopis nous savons que les danses sacrées venues du fond des âges relèvent de processus magiques complexes et cohérents destinés à inscrire l'existence humaine dans l'ordonnancement du Grand Tout cosmique. Ces pratiques favorisent les situations de transition, d'intercession, entre les deux mondes terrestre et céleste par métamorphose mimétique du danseur qui peut ainsi se connecter par l'acte magique aux forces surnaturelles et commander à la Nature par la transformation magique de sa personnalité. Par cette empathie magique et sacrée le danseur se «glisse» dans la Divinité pour s'approprier une partie de sa force et de sa science. C'est le même processus (la même technique) qui est ici mis en œuvre par le personnage central de la Lame examinée. 

Le XXIème Arcane porte donc l'idée que le monde et sa création doivent être appréhendés artistiquement plutôt qu'intellectuellement puisqu'ils sont avant tout rythme dans le mouvement perpétuel, que le monde est une œuvre d'art divine accessible par l'acquisition de la véritable harmonie au sein du Tout et qu'il n'est pas le résultat d'un système de lois entretenant l'illusion trompeuse qu'il suffirait de respecter quelques décrets prédéterminés ou quelques vertus bien pesantes pour accéder à la compréhension de ce qui nous est offert à vivre. 

Notre danseuse sacrée nous indique que l'Esprit artistique qui domine la création est joie et accord des rythmes, ce que Salomon traduit dans le livre des proverbes (reprit par Nietzsche «l'incroyant» en son œuvre) par la Sagesse joyeuse et la science joyeuse qui présidèrent à la création du premier atome de poussière « lorsqu'il traça un cercle à la surface de l'abîme ». Pour se mettre en accord avec Lui les hommes doivent retrouver ce rythme harmonieux propre à la création et pour cela ils doivent réapprendre à «jouer en sagesse sur le globe de la terre»: ce que nous montre notre danseuse du Monde. 

Ce sont donc les lois de l'esthétique qui président à la création du monde, mais l'art qui s'y exprime n'est pas que le résultat du jeu d'imagination des artistes car ceux-ci, comme les ésotéristes, doivent soumettre leurs œuvres à l'épreuve du temps afin de les dépouiller des leurres inutiles car l'art véritable est beau parce qu'il est vrai ; c'est ce qui fait la distinction entre l'art sacré et l'art profane comme il en existe une entre la magie sacrée et la sorcellerie. 

Un artiste véritable est celui qui a la capacité d'exprimer sensoriellement ce qu'il perçoit intérieurement par intuition, a la capacité de rendre visible la face cachée des choses et pour cela il doit laisser son imagination être guidée par la conscience intérieure elle-même animée par l'esprit divin en action en chaque être. L'art est sacré lorsque l'artiste imite la manière dont opère l'Esprit Divin dans la création ce qui exclu toute forme de lien avec une quelconque religion ou académie humaine. 

L'Arcane « Le Monde» nous transmet donc un enseignement d'une grande portée pratique. Il nous indique tout d'abord que la joie, l'accord des rythmes, est à la source de la création mais il avertit en même temps des dangers des illusions de la spiritualité dévoyée à des fins personnelles par facilité et ambition ; il nous indique que la vérité est voilée parce qu'elle doit être protégée des leurres de la sphère des mirages ce qui nécessite un effort constant pour y accéder par l'élévation verticale. 

Pour cela il faut manier verticalement la baguette de la danseuse sacrée c'est à dire qu'il faut apprendre à se mettre en contact direct, vertical, avec la sphère de l'Esprit Saint. 

Il nous dit aussi que la sagesse qui résulte de la vérité rendue accessible par la compréhension de la création est celle de l'élan créateur d'un artiste et non pas l’œuvre d'un ingénieur technicien ; que la révélation authentique est le plus souvent le fruit d'un chuchotement intérieur à peine audible et qu'elle ne s'impose jamais par la force mais se vit comme une évidence jusqu'alors seulement dissimulée. Ce qui nécessite pour tout ésotériste d'apprendre d'abord à être dans le silence et le labeur pour se rendre capable de percevoir ce qui se passe dans le murmure de l'univers et la profondeur de l'âme où se révèle la vérité spirituelle. 

Tout cela est résumé dans notre vingt et unième image sacrée par la baguette tenue dans une 'nain par opposition au filtre tenu par l'autre et qui est la source de l'ivresse bruyante des illusions-mirages tenues pour des révélations. 

Pour terminer, le mouvement perpétuel symbolisé ici, signifié par la guirlande et la danse du personnage principal de l'Arcane, est le reflet de la croissance immanente, de l'instinct primordial dont les quatre aspects sont représentés par le taureau, l'aigle, le lion et l'ange, posés aux quatre coins de la Laine, qui ne représentent ni les substances chimiques de l'œuvre opérative ni les quatre états de la matière mais les différentes sortes de mouvement immanent animant toute substance composant la vie ; ce sont les quatre points cardinaux du monde, les quatre étoiles bornes du zodiaque, la représentation figurative du Tétragram­me Divin qui n'est que le périmètre, la circonférence commune (unique).à tout, ce qui se meut, à tout ce qui est mû. 

Ces quatre personnages significatifs du mouvement perpétuel de la matière et de la création placés dans les angles de la Lame avec la danseuse sacrée au centre de la guirlande sont une représentation magistrale (du magistère) des enseignements d'Hermès Trismégiste (le trois fois mage) : «Divise ta pierre en quatre éléments (les quatre éléments de la Prima Materia) ... réunis les en unité dans la Quinta Essentia (ou éther des anciens) et tu auras le magistère entier». 

Ces quatre «personnifications» nous enseignent que le Principe de vie se trouve déposé dans le quaternaire du Tétragrammaton ou Tétragramme Divin qui est le symbole parfait de l'alliance originelle avec la source de tout et qui ne se prononce pas mais s'absorbe de l'intérieur car Dieu n'est pas quelqu'un ou quelque chose mais il est expérience, relation intime et individuelle. 

Eu égard à ce qui précède, rencontrer en chemin la «Daine du Monde», vingt et unième Arcane Majeur, est assurément le second plus bel événement que puisse espérer l'adepte du Livre de Thot parce que cela signifie pour lui qu'il se trouve désormais à la conjonction parfaite de la Création Divine artistique tout en ayant échappé à la sphère des mirages et à son corollaire : l'enfer des illusions ; l'apparition de cet Arcane signifie donc pour le «joueur sacré» que la méthode pour aboutir à la consécration de ses entreprises en ce monde est appréhendée de manière correcte et qu'il ne reste plus qu'à la mettre en œuvre.

Dans cet arcane, on trouve tout le bonheur et la libération de l'être qui, après des morts et des renaissances, a soudain l'intuition de l'unité. Il est alors dans la joie qui n'est autre que l'état de l'harmonie du rythme intérieur avec le rythme extérieur, du rythme d'en bas avec celui d'en haut, du rythme de l'homme avec le rythme divin.

7 commentaires:

  1. j ai souvent la carte monde quand on me tire les cartes
    merci
    lou.clerico@yahoo.fr

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir,

    Tout d'abord merci pour votre blog d'une grande richesse, la dimension symbolique de chaque lame est réellement foisonnante.
    Je m'intéresse à l'image du Tétramorphe figurant dans cette 21e carte et je note qu'au début de cette page vous écrivez :

    Le Taureau, signe de terre = St-Luc
    Le Lion, signe de feu, St-Marc
    L’Aigle, Le Scorpion signe d’eau, St-Jean
    L’Ange, Le Verseau, signe d’air, St-Matthieu.

    Puis tout le reste de la page, vous rattachez l'Aigle à l'élément Air et l'Ange à l'Eau. Connaitriez-vous une source traditionnelle qui trancherait cette question ?

    Dans le livre "Le Rythme du Zodiaque" de Dane Rudhyar (Éditions du Rocher), ce dernier rattache le Scorpion à l'Aigle, pour former ainsi la croix des 4 signes fixes (Taureau / Lion / Scorpion / Verseau). J'ai retranscris ce passage du livre sur mon blog : http://goumat.blogspot.fr/2013/04/du-scorpion-au-phenix.html

    J'ai aussi pu lire ailleurs que L'Ange (ou l'Homme dans certaines traditions) serait le Verseau, le seul homme du Zodiaque. Il se rattacherait à l'Adam Kamon, l'homme primordial de la Kabbale.

    Merci d'avance pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'aigle (maintenant le signe du scorpion signe d'eau de la métamorphose ) ange (verseau signe d'air de pensée donc apparence humaine)
      les signes mutables et les signes d'air qui correspondent à la pensée (mercure) sont des humains la vierge le verseau et le gémeaux la balance

      Supprimer
    2. Ce sont des symboles, leur portée est toujours difficile à délimiter. On peut noter que la Vierge est signe de terre et que Sagittaire et Poissons sont des signes mutables également.

      Supprimer
  3. voir aussi les rapports entre Tarot et Astrologie
    Pour l'astro voir le site www.zodiascopie.com

    RépondreSupprimer
  4. Génial de limpidité!

    RépondreSupprimer