dimanche 28 avril 2013

LE TAROT DE CLAUDE BURDEL ET LES AUTRES...


"Bateleur" de l'authentique Tarot de Claude Burdel, Fribourg,  Suisse 1751

L'ÉNIGME DES TAROTS DE CLAUDE BURDEL...

Après les parutions de deux superbes tarots ; l’un à Marseille en 1745 par François Tourcaty, et l’autre à Mümlisvil en Suisse par Rochus Schär, on voit paraître à Fribourg en Suisse, cette fois, le tarot du maître cartier Claude Burdel qui connaitra une grande popularité et qui sera diffusé sous de nombreuses versions différentes, redessinées, remaniées ou carrément modifiées...

Ce Tarot suisse, tout comme celui de Rochus Schär, contient des détails qui ont été précieux pour la régénération de l'iconographie traditionnelle des cartes, présenté dans le Tarot de Marseille.

Tous les tarots qui prétendent avoir pour origine le Tarot Burdel 1751 sont en vérité de piètres reproductions : ils tous des tarots redessinés et modifiés...

Le véritable tarot de Claude Burdel, celui qui fut créé et diffusé à partir de 1751, est peu connu et les copies qui en ont été conservées nous place devant les faits : L’authentique Burdel est un chef-d’œuvre et ses copies sont mièvres et presque injurieuses.

Le Tarot conçu par Claude Burdel en 1751 a été conçu à partir du modèle dit de "la règle des confrères", qui fut la norme fixée par le maître Pierre Madenié. Quelques cartiers suisses, initiés à la tradition, on reçu leur apprentissage de la maison du maître cartier Madenié à Dijon. Claude Burdel est de ceux-là avec son confrère Rochus Schär, parmi ceux qui ont étudié auprès du fils du maître Pierre Madenié, le cartier Jean-Baptiste Madenié. Jean-Baptiste est celui qui a rénové le tarot Madenié et qui a introduit Rochus Schär et Claude Burdel aux secrets des cartiers. De fait, ils ont introduit en Suisse le modèle "Jean-Baptiste Madenié".

Certains considèrent que le Burdel de 1751 est directement inspiré du François Chosson de 1736, mais c’est une hypothèse à rejeter. En vérité, s’il y a quelques ressemblances entre ces deux tarot cela s’explique parce que ces deux tarots se sont inspirés au départ du même "tarot maître", ce mystérieux tarot qui fut le modèle pour tous les tarots conçus entre 1710 et 1760 et qui était, non pas un mystère, mais le secret que devait posséder tout cartier : cette fameuse "règle des confrères" (le Tarot de Pierre Madenié – Dijon 1709).

Une étude minutieuse du Tarot de Burdel démontre sans l’ombre d’un doute que son jeu a été créé grâce à un héritage reçu de ses confrères de la maison Madenié de Dijon. On peut facilement comprendre que le Tarot de Burdel s’est directement inspiré des tarots produit par la famille Madenié (Père et Fils). Mais encore plus précisément son tarot a suivit le modèle "Jean-Baptiste Madenié" (1739).


Tarot de Jean-Baptiste Madenié (Dijon, 1739)

Cela dit, il faut bien comprendre que tous les tarots dit "de Burdel" sont des "faux". Le premier tarot Burdel considéré pour être un Burdel qui fut copiés-redessinés avant d’être publié était le "Tarault des Villages" créé sans doute à partir d’une version du tarot conçu par Jean Proche vers 1804. Ce dit "Tarot des Villages" et qui est surnommé parfois le "Tarault Suisse" ou encore "Tarault des Bourgs", fut apparemment distribuer à partir de Metz et est devenu le tarot le plus populaire dans le nord de l’Europe. C’est certainement le premier tarot dans la forme traditionnelle du "Tarot de Marseille" à être diffusé aussi loin qu’en Russie, où il deviendra le plus commun, et où il sera pris pour un tarot de référence (confondu souvent avec le tarot d’Ignaz Krebs).

À cause des changements dans les domaines des méthodes d’impression, le tarot de Claude Burdel fut, souvent, complètement redessiné. Puisqu’aucun cartier d’Europe ne possédait plus la version originale de ce tarot, ceux qui le diffuseront plus tard devront se rabattre sur les versions redessinées conservées, et ils se verront obligés de recréer leurs jeux à partir de piètres copies du tarot.

Des versions de ce jeu seront donc recréer avec la technique du papier carbone ! Ce qui donna des résultats assez décevant, mais ce tarot est connu dans cette version en France, et de plus, c’est cette version défigurée qui fera naître le "Tarot Universel".

C’est effectivement à partir du "Tarot des Villages" de Burdel modifié, redessiné, trafiqué, et re-trafiqué, que fut conçu le dit "Tarot de Marseille Universel". Le résultat est cette mièvre version offerte de nos jours par l’éditeur Lo Sacarabéo, proposant ces illustrations douteuses mais les noms des lames en 5 langues. (reste à savoir : Le "Tarot Universel" peut-il vraiment être considéré comme étant un tarot Burdel? – c’est sans doute pourquoi on évite d’en faire mention- bien qu’il n’en soit pas moins un tarot de Marseille conforme à la tradition).

Pour le moment les deux versions connues de ce tarot sont celle des éditions Piatnik et les deux vesrions proposées par de Lo Scarabeo. Mais il y a au plus d’un tarots qui prétend être "un Burdel", sans vraiment pouvoir confirmer ses origines.


LES 4 TAROTS DITS « DE BURDEL »

Parmi les nombreuses nouvelles versions offertes des divers tarots dit de Claude Burdel on retrouve au moins 4 modèles de bases distincts...

Le Tarot Authentique Claude Burdel de 1751


Authentique Tarot de Claude Burdel, Fribourg,  Suisse 1751

Diffusé à Fribourg, le Tarot Authentique Claude Burdel de 1751 est un tarot créé à partir du "Tarot Maître" de Jean-Baptiste Madenié (1739), connu des seuls initiés, imprimeurs et maîtres cartiers confrères. (selon l’historien des tarots, Luc d’Aubusson).

Le "Tarot Authentique Claude Burdel de 1751" devait sans doute être réservé à des individus membres d’une élite. Il n’a pas été conçu pour une vente à grande échelle et semble vouloir répondre à une demande spécifique... Ce qui est certains c’est que ce tarot a été réalisé par un grand maître cartier qui a fait montre d’un grand savoir faire. Le tarot original de Burdel est a placer au rang des "œuvres d’art"!

Ce tarot est disponible dans une version offrant les 22 arcanes majeurs, aux Éditions de la Clé. Il s’agit d’une "copie-conforme" confectionné avec soin, sur des lames de papier naturel. La seule version disponible de ce tarot. Éditions limité à 200 copies numérotées.

Tarot de Marseille Universel



Tarot de Marseille Universel Version Lo Sacarabéo (2006)

Lo Scarabeo offre également un Tarot de Marseille apparemment basé sur le modèle de Claude Burdel (1751). Et au comble du désarroi, il affirme que son tarot a la même origine que le Burdel de Gassmann ?! (cf Tarot Burdel/Gassmann). Ce qui est plutôt curieux puisqu’on voit du premier coup d’œil que cela est tout à fait impossible !! Il est évident, que ces deux tarots n’ont pas pour modèle le même tarot de Burdel !

Alors, quel est-il ce fameux tarot? La maison d’édition de Lo Scarabeo préfère laisser le doute planer… et laisse la confusion se répandre. Le tarot dit "Universel" est une invention, voire une création de toute pièce de la maison d’éditions de Lo Scarabeo et ses complices.


Il s’agit plus ou moins d’un tarot inspiré du Burdel de 1751, plutôt douteux dans sa facture et qui est curieusement daté aussi de 1751, ce qui est d’autant plus douteux car ici, on est très loin de l’original ! Mais c’est chose courante chez les cartiers d’indiquer la date de l’origine du tarot, non pas de son reconditionnement. Enfin, ce tarot est franchement d’origine douteuse, car en le comparant avec le Burdel de 1751, malgré les quelques références qu’on y retrouve, il en respecte peu les coloris et le style.

Il a d'abord été publié sous le simple nom de "Tarot de Marseille" en 1981, alors que Lo Scarabeo débute sa carrière d'éditeur... Il le modifie de manière à le rendre plus attrayant ; aussi lui accorde des couleurs en correspondance direct avec le Conver version Paul Marteau... Ce modèle-ci, donc, est né seulement au début du XXème siècle (en 1981) de modifications apportées à un "Tarault des Bourgs". Il fut remanié et enfin publié de manière à faire compétition au tarot de Paul Marteau sous le simple nom de "Tarot de Marseille Universel".


Incontestablement, les couleurs choisies pour ce tarot sont celles en vogue seulement après la parution du tarot de Paul Marteau. Il semble que ce Tarot Universel ait été créé tout spécialement pour chercher à faire compétition au tarot de Paul Marteau...


"Tarot Universel", Éditions Lo Scarabeo, version de 1987

En 1987, l’Éditeur Lo Scarabeo a l’idée cette fois d’y ajouter les noms des arcanes proposés en 5 langues différentes, ce qui en fait le premier "Tarot Universel". (Ce Tarot de Marseille "Universel" trafiqué sera tout de même le premier "Tarot Universel" ce qui est une innovation dans le domaine des tarots. Aussi cela devait s’avérer un bon coup de marketing de la part de Lo Scarabeo qui en fit ensuite une de ses marques de commerce).


"Tarot Universel", Éditions Lo Scarabeo, version de 2006

L’Éditeur Lo Scarabéo proposera deux versions différentes de son "Tarot Universel", l’une avec des fonds blancs (1987), l’autre avec des fonds de couleurs (2006)... Les images de ce tarot ne sont pas les plus soignées, mais l’outil en tant que tel permet de pouvoir s’en servir qu’on soit français, anglais, allemand, italien ou espagnol...

Pour ma part, je ne trouve pas les dessins de ce tarot réalisés avec art, et la version avec des fonds nappés de couleurs est vraiment de mauvais goût! C’est justement sans doute une question de goût. Je continue de le considérer comme étant un "faux Burdel" habilement (ou plutôt malhabilement) récupéré...

Le "Tarot de Marseille Universel" qui était à l’origine le "Tarot des Villages", un tarot qui était magnifique au départ, s’est vu devenir un monstre au fur et à mesure que des modifications y ont été apportées. Ces modifications allant dans le sens d’avoir l’attention des consommateurs l’a en vérité complètement dénaturé, pour ne pas dire « défiguré ». (Le "Tarot Universel" proposé par Scarabéo doté de fonds de couleur est plutôt moche).


"Tarot de Marsigliesi", d'Alberto Peruzzo

Une version plus authentique a aussi été publié en 2005 en Italie par l’Éditeur Alberto Peruzzo sous le nom de "Tarot de Marsigliesi". Sa version propose des couleurs plus proches du tarot de Burdel, surnommé  le "Tarault des Bourgs" et ce modèle est non seulement plus authentique que le "Tarot Universel" de Scarabeo, mais aussi est-il le plus conforme au "Burdel des Villages".

Éric Moulins et les concepteurs qui ont rénové ce tarot pour les éditions du Solstice, ont fait, semble-t-il, des recherches minutieuses afin de connaître la véritable origine de ce mystérieux Tarot Burdel dit "Universel". Mais, au comble de leur désarroi ils devront admettre qu’il n’existe, en réalité, aucun "original" de ce tarot dont les origines sont justement douteuses...

Ils en sont arrivés à la conclusion que ce tarot est un "faux" Burdel, créé plutôt à partir d’un des tarots de Jean Proche (1804) (cela confirme qu’il a sans doute été ramené de Suisse). La réputation de Claude Burdel en Suisse en tant que Cartier de renom a sans doute contribué à donner un identification erronée à ce jeu.

Donc, il ne peut pas s’agir d’un jeu créé par Claude Burdel, car il est évident que ce tarot a vu le jour après celui créé par Nicolas Conver (1760), et sans doute à la suite du tarot de Jean Proche (1804)… 

Il semble que le tarot original, cet "authentique Burdel de 1751", fut oublié au profit des versions converties et sans cesse retouchées. En vérité, l’authentique Burdel est peu connu, ne fut publié qu’une seule fois et à petit tirage en 1751, et ne fut jamais diffusé après 1751.

Le "Tarot Universel", donc, est ni plus ni moins un "Tarault Burdel des Villages" travestit en Tarot de Marseille style Conver...

Vous pouvez voir les arcanes majeurs d'une des versions du "Burdel des Villages" ici :
http://www.aeclectic.net/tarot/cards/universal-marseille/

ou encore ici :


Le Burdel des Villages


Dit aussi "Tarault des Villages" ou encore "Tarault des Bourgs", et parfois aussi "Tarot des Pèlerins".

Ce tarot, dit ont, conçu par le cartier Claude Burdel semble avoir été inspiré en partie du tarot du "Tarot Maître" de Jean-Baptiste Madenié (1739) et peut-être du style propre aux premier tarots rhénans. Très certainement ce tarot est celui que redessinera Jean Proche (1804), qui s’était inspiré aussi du Tarot d’Ignaz Krebs (aussi du 18ème siècle), l’héritier direct de Claude Burdel à Fribourg.

(Vous pouvez voir le tarot d’Ignaz Krebs ici : http://members.kabsi.at/alscher/marseille.pdf)

La version dite "Tarault des Bourgs" de Jean Proche, est une version "rhénane" du Burdel, et fut conçu de manière à être diffusé à grand tirage. Cette version redessinée et remaniée souvent fut diffusée seulement après 1804, à partir d’une maison de distribution suisse qui le faisait produire, puis vers 1810, il sera diffusé à partir de Bruges, dans de nouvelles teintes, qui lui donnèrent son style "wallon".

Il s’est répandu alors sous cette version jusqu’en Hollande, et jusqu’en Russie où il fut un des premier tarots. Il deviendra un des favoris de la maison d’édition Piatnik qui lui apportera des modifications au cours du temps. C’est cette version "russe" qui est la plus connue de ce tarot aujourd’hui ; (mais bien souvent, il est confondu avec le tarot d’Ignaz Krebs, ou des tarots rhénans).

Donc, ce "Tarot des Villages", ce tarot "des Bourgs", dit "de Burdel" aux innombrables surnoms, ne semble pas avoir directement pour ancêtre le "Tarot Authentique Claude Burdel de 1751"... Il serait plutôt né de modifications apportées à un tarot suisse par Jean Proche qui lui donna alors un style "rhénan". (C’était courant chez les cartiers de donner à leurs tarots le style de la patrie à partir d’où il allait être diffusé.

Si ce tarot a rarement été affublé de son vrai nom, c’est que lui donner un nom précis pose problème... car, comme on le constate ici, il ne semble pas avoir été dessiné par Burdel lui-même... De plus, les éditeurs se sont pour la plupart refusés à l’appeler le "Tarot Suisse des Villages", ou "Tarot des Bourgs", parce qu’ils craignaient créer confusion... Pour que le jeu puisse se vendre il faut informer les clients, alors il devait nécessairement s’appeler, tout bonnement : "Tarot Marseillais".

Il ne faut pas oublier que le tarot était alors rattacher au "jeu du tarot", et que les gens recherchaient précisément un tarot "de Marseille", car c’est celui qui permettait de jouer "au tarot". Le nom courant qu’on donnait à ce tarot Burdel à l’époque de sa circulation était "Tarault des Bourgs", (mais on donnait jadis le même nom au Tarot Dodal/Payen)... 

Le Petit Burdel des Pèlerins :
Le Petit Burdel des Pèlerins, est la reproduction Burdel des bourgs. Il fut conçu afin d’accompagner un ouvrage du tarologue Éric Moulins ("Le Tarot et la Voie des Pèlerins", aux Éditions du Solstice). Celui-ci est la reproduction modifiée de la version "rhénane", produit à Metz, et a été renommée, ici par l’auteur : le "Tarot des Pèlerins". 

Tarot de Marsigliesi :
La version publiée en 2005 du "Tarot de Marsigliesi" de Burdel par l’Éditeur Alberto Peruzzo est aussi très proche de l’original "Tarault des Bourgs" de Burdel. Sa version a des couleurs plus proches du tarot dit de Burdel, qui était connu pour être le Tarault des Villages. C’est certainement le plus authentique de tous les tarots dit de Burdel » proposé sur le marché. Mais il a peu à voir avec le Tarot de Claude Burdel authentique de 1751, il est plutôt la reproduction d’un anonyme Tarault des Villages.

Tarot Classic
TAROT DE MARSEILLE « CLASSIQUE » BURDEL/GASSMANN


Tarot A. Schaffhouse, Édition Gassmann (modèle de 1880)

Maintenant, qu’en est-il de cet autre Tarot considéré pour être un Burdel, et qui ne fut diffusé, en réalité, qu’à partir de 1880?

Celui-ci, parut sous le simple nom de "Tarot Marseillais", ou "Tarot Classique" et a été diffusé par l’éditeur Gassmann à partir de 1880.

S’il s’agit d’un Burdel, il fait vraiment classe à part! Et s’il ne fut jamais diffusé par Burdel en quelque version, et bien c’est que l’impossible serait donc possible!

D’abord, il serait étonnant que ce tarot soit l’œuvre du même dessinateur qui a conçu le Burdel de 1751... Ça ce serait déjà quelque chose qui relèverait de l’impossible.

Ce tarot dont les indications laissent entendre qu’il a été aussi créé en 1751 par Burdel, ajoute à la confusion et vient épaissir le mystère en ce qui concerne les tarots dit "de Burdel".

Celui-ci est vraiment unique, autant du côté de son imagerie stylisée que du côté de ces choix de couleur et la présentation marginale des personnages.

Cette fois, encore, on dénote un style "helvète", et un petit quelque chose de "germanique" avec, encore une fois, une apparentée avec les tarots de Besançon... Mais ce tarot-ci n’est pas basé sur le Tarot Suisse des Villages, et son origine est des plus mystérieuses... Et incontestablement, le Burdel/Gassmann n’est absolument pas basé sur l’authentique tarot de Claude Burdel 1751 (cf : illustrations de ce tarot).

En vérité, il aurait été mis au point par Gassmann en 1840, conçu non pas à partir de l’authentique Burdel de 1751, mais bien à partir d’une version trouvée dans un livre où se trouvait une réimpression de moules de bois conservé de la Convention de Genève (que Gassmann croyait fabriqués à l’origine par la maison Claude Burdel – mais qui devait plutôt être un modèle de Besançon fantaisiste).


Tarot Burdel/Gassmann, planche originale 1840

En 1880, le tarot sera complètement redessiné pour la nouvelle édition de 1880 et de nouveaux coloris ont été enfin ajoutée aux illustrations par l'artiste Johannes Müller. (Cette nouvelle version sera connu sous le nom de "Tarot Classique de Marseille" et fut la version Gassmann, diffusée à partir de 1905, par l’"Usine de la carte à Schaffhouse." (Schaffhausen & Hasle, J. Muller & Cie).


Tarot Burdel/Gassmann, Schaffhausen 1880 (Édition de 1905)

Après sa diffusion, à partir de 1905, ce tarot marseillais inusité fut un des plus répandue en Suisse et en Allemagne. (Il semble qu’il fut d’ailleurs créé au départ pour une diffusion en Suisse et en Allemagne seulement).

Complètement disparut de la circulation le Burdel/Gassmann est réédité en 1971 (U.S. Game System) et réapparait pour accompagner un livre de l’auteur Stuart Kaplan concernant le tarot (publié en 1974). Certains le surnommeront à l’époque « le green » à cause de ses teintes vertes.

En cette même année de 1974, l’éditeur AGMüller publie une autre version dans d’autres coloris, plus respectueuse de la version de 1905, sous le nom de "Tarot Marseillais".


Tarot Burdel/Gassmann, version de U.S. Games



Tarot Burdel/Gassmann, version de AG Müller

La version de U.S. Games est la version « green » dans des teintes vertes "Tarot Classic".
La version AGMuller est la version aux teintes bleutées dite "Schaffhouse".

Comme le Tarot suisse 1JJ, réédité dans la même période, le "Tarot Classique Marseillais" (dit "de Burdel") est devenu l'un des tarots les plus largement disponibles et populaire dans les années ’70.

Il sera réédité encore une fois en 1990 par U.S. Games ; produit en Belgique, en français, en allemand ou en anglais, toujours sous le simple nom de "Tarot Classique" ou "Tarot Classic".

Or, même si la date de 1751 figure sur le tarot Classique de Gassmann, il n’en reste pas moins que cette date ne fais pas référence à la date de sa conception mais à la date fictive de la supposée "invention de ce tarot" par Claude Burdel! (ce qui n’est pas moins aberrant – mais qui s’explique si on fait l’effort de se placer dans le contexte : les jeux de Noblet ou Viéville n’étaient certainement pas connus de Grassmann... Il fut une époque où les historiens du tarot faisaient remonter le tarot classique de Marseille à Claude Burdel!).

Ce tarot est complètement différent de la majorité des tarots de Marseille traditionnels, et du Tarot de Burdel aussi ! C’est sans doute à cause de la version proposée par Stuart Kaplan, qui indiquait qu’il s’agissait d’un tarot de Burdel, que la confusion a commencé au sujet de ce tarot aux origines énigmatiques.

Si ce tarot est conforme à l’imagerie archétype des tarots des Marseille, il est plus caricatural, ne s’attarde pas de la même manière aux couleurs et aux symboliques de la plupart des tarots en vogue, et ce tarot est tout à fait unique. Il se distingue par ses couleurs mais aussi par son style nouveau, "sympathique".


Tarot Burdel/Gassmann, Schaffhausen 1905, fac similé - Éditions "Il Meneghello"

Avec les différentes versions des tarots de Nicolas Conver et de Jean Dodal, le Tarot Classic dit "de Burdel" reste un des plus populaire auprès du large public. Il s'avère qu'il a un certain charme, et son style plait à certaines personnes plus qu'à d'autres, ce qui n'est pas un défaut. Ces particularités lui confèrent une personnalité, ce tarot a une "âme" (ce qui n'est pas le cas de "Tarot Universel"). 

Si vous vous sentez à l'aise et en connexion avec ce tarot, certainement il s’avérera un tarot très opératif.

Vous pouvez voir (et même acheter) ce tarot ici :

1 commentaire:

  1. Le Guide de la Voyance 2015 est une sélection sérieuse de voyants, voyantes, médiums, astrologues, tarologues, numérologues,hautement qualifiés.

    Pour plus d'informations : http://www.guide-voyancegratuite.fr/voyance.php

    RépondreSupprimer