mercredi 29 mai 2013

1680 : TAROT DE BESANÇON


1680. Johann Mayer de la Suisse publie le premier exemple connu de la configuration dite "de Besançon" avec Junon et Jupiter au lieu de La Papesse et Le Pape. Cependant, tout en conservant la composition et les caractéristiques générales du Tarot de Marseille conforme.


Communément appelé le "Tarot de Besançon", il n’a pas été créé dans cette ville en premier. Malgré que ce soit l’appellation de "Besançon" qui soit utilisé pour le définir, il semble que ses origines soient suisse, voire même alsacienne!

Le rejet des noms du Pape et de La Papesse dans certains jeux de Tarot, dans plusieurs régions d’Europe, semble avoir eu lieu vers la fin du 17e siècle.

Les premiers éditeurs-cartiers à avoir remplacé les noms de ces arcanes furent ceux d’Alsace, d'Allemagne et de quelques régions Suisse.

Les premiers exemples émanaient de Constance (c. 1680), Strasbourg (1746), Mannheim (1750) et il a fallu attendre vers 1800 avant que de ces cartes fasse enfin leur apparition à Besançon!

Les variantes les plus intéressantes de ce modèle ont été diffusés durant la période de la Révolution, or, les cartes « de la cours » et les figures impériales y ont perdu leurs insignes royaux: des exemples de ces tarots étaient connus à Strasbourg et à Colmar.

D'autres variantes mineures ont été apportées en Suisse et en Allemagne

Enfin, selon les informations que nous possédons jusqu’ici, le premier tarot dit "de Besançon" aurait été publié par le cartier Suisse Johann Mayer en 1680.


Mais des rumeurs persistent comme quoi le modèle d’origine venait de Strasbourg. En ce qui concerne les innovations réalisé dans cette ville en matière d’imprimerie, il y aurait long à raconter. Comme par exemple : que Gutenberg ramena son idée de Strasbourg, et qu’il n’est peut-être pas vraiment l’inventeur de l’imprimerie. Et ce n’est pas là la seule incongruité de l’histoire!

Il semble que le tout premier tarot fut inventé à Strasbourg, non pas à Avignon ou en Italie. Et ensuite, on raconte que c’est à Strasbourg qu’on décida de remplacer La Papesse et le Pape par Junon et Jupiter. Si c’est le cas, il nous manque de preuves... Mais l’imprimerie a bel et bien été inventée par des artisans de Strasbourg, et pour le tarot... c’est bien possible... (Je classe par fantaisie ces questions dans "Mystères et Secrets de Strasbourg" ;) ).

Quoiqu’il en soit, les premier tarots dits « de Besançon » ont commencé à être en circulation en Europe autour de 1680, ce qui en fait un tarot précédent celui de Jean Dodal. Il ne faut pas oublié non plus que ce modèle de tarot a été conservé jusqu’à nos jours dans sa conformité comme c’est le cas pour le tarot dit "de Marseille". De fait, il est l’ancêtre du "Tarot JJ Suisse" ou du fameux Tarot d’Épinal, qui deviendrons, à une certaine époque plus populaire que les tarot de Marseille et relancera même la mode des tarots. Il fut très populaire auprès des "joueurs de tarots", mais aussi le Tarot d’Épinal fut un des premiers à être utilisé pour la divination, (dans le sens ou nous l’entendons aujourd’hui).

Cela dit, même si le Besançon est un modèle différent du tarot de Marseille, son évolution et son histoire se déroule en parallèle et en correspondance avec l’histoire du tarot de Marseille... Pour ce qui est du domaine de la divination ces deux tarots répondent de la même tradition et s’utilisent dans le même ordre d’idées.

JUNON & JUPITER

Les imagiers du Moyen âge ne s'étaient fait aucun scrupule de représenter une papesse, en dépit de l'orthodoxie. En France, il fut jugé opportun de remplacer La Papesse et Le Pape du Tarot par Junon et Jupiter et Junon. Certains tarologues zélés estiment qu’il s’agit de modification qui ont injustement travestit le tarot et considèrent ces deux compositions mythologiques d'intérêt médiocre. Quel manque de tact. Cela ne démontre que leur ignorance. Les éditeurs de tarots n’ont pas trafiqué les tarots bêtement, sans tenir compte des éminences qu’ils allaient devoir faire disparaître de leurs cartes. Les choix de Junon et Jupiter ne sont pas hasardeux et ne change en rien l’opérativité du tarot. Même qu’ici, en raison de l’obligation de retirer les noms de La Papesse et de Pape, les artisans-confrères, initiés ont soigneusement choisi ses nouveaux noms, car pour ceux qui savent lire entre les lignes, il s’agit de nom d’autant plus « symboliques » et « initiatiques ». Sans prendre ces nouveaux noms au pied de la lettre, plutôt satyrique ils s’adressent plus particulièrement à l’esprit exercé aux énigmes. Avoir recours à des personnages de la mythologie romaine sur les arcanes de ce tarot, c’était absolument malicieux, moqueur, nécessairement ironique.

JUNON

Junon montre d'une main le ciel et de l'autre la terre, comme pour rappeler la Grande Sagesse de la Table d'Émeraude d'Hermès Trismégiste : « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ».

Or le visible érigé en symbole de l'invisible, c'est le point de départ de la méthode analogique sur laquelle se fonde toute la science de la Papesse. Ici, Junon rempli ce même rôle avec beaucoup d’éloquence.

Deux paons accompagnent Junon, qui personnifie en réalité l'espace éthéré. Ces Paons : oiseaux de la Beauté, symbole du soufisme, oiseaux de "Maya", déesse de l'illusion, Anou en chaldéen, d'où Anna, notre sainte Anne, mère de la Vierge. Ce rapprochement contribue à préciser le sens des arcanes II et V.

Dans la mythologie romaine, Junon, en latin "Juno", est la reine des dieux et la reine du ciel. Fille de Rhéa et de Saturne, elle est à la fois sœur et épouse de Jupiter.

Ses attributs sont le paon, un sceptre surmonté d'un coucou et une grenade, symbole de l'amour conjugal, le lys et la vache. Elle est assimilée à l'"Héra" des Grecs.

Protectrice des femmes, elle symbolise le mariage lorsqu'elle est représentée recouverte de voiles, et elle est associée à la fécondité lorsqu'elle en tient l'emblème : la pomme de grenade.

Junon ou la Papesse représente : Sacerdoce, science religieuse, métaphysique, Kabbale, enseignement, Savoir (opposé au Pouvoir), autorité, certitude, assurance, absence de doute, influence suggestive exercée sur le sentiment et la pensée d'autrui. Affabilité, bienveillance, bonté, générosité judicieuse, directeur de conscience, médecin de l'âme, conseils moraux, personnage important, érudit. Pontife absolu dans ses opinions. Fonction conférant du prestige. Influence jupitérienne en bien et en mal.

JUPITER

Quant à Jupiter, que le Tarot de Besançon substitue au Pape, il est le maître du feu céleste, dispensateur de la vie tant intellectuelle et morale que physique. C'est lui qui tient en éveil la conscience, afin de faire régner sur terre l'ordre, la justice, l'affabilité, la bienveillance et la bonté. Le caractère de ce dieu concorde donc assurément avec l'arcane V.

En conclusion, ceux qui méprisent le tarot de Besançon rate une belle occasion de se rapprocher de l’essence magique et de l’aspect initiatique des tarots. Ce n’est pas parce qu’un tarot est différent du tarot Marseillais de Conver qu’il s’avère tout à coup inopérant ou non-valable! Les tarots de Besançon offre tout simplement une autre version du tarot. De plus, l’existence de ce tarot avec ses arcanes changés, est pratiquement une preuve que les cartiers étaient au courant de l’aspect « ésotérique » du tarot.

Certains fabricants connus de Tarot dits « de Besançon » :

- Pélage Mayer, Constance (c. 1680)
- Guillaume Mann, Colmar, (révolutionnaire)
- F. Laudier (1746), Anon (18e siècle), de Strasbourg
- L. de Laboisse (révolutionnaire 17??), de Strasbourg
- L. Carey (révolutionnaire 17??), de Strasbourg
- Neumur, Mannheim (c. 1750)
- Schaer, Mumlisweil (c. 1780)
- Krebs, Freiburg (c. 1780)
- Renault, c. 1800 Besançon
- J. Blanche, c. 1800 Besançon
- J. Jerger, c. 1800 Besançon
- A. Kirchner, c. 1800 Besançon

Je ne suis pas contre l’utilisation des tarots de Besançon. J’estime qu’ils sont autant opératifs que les tarots dits "de Marseille". D’ailleurs, il y a certaines personnes qui se sentent mieux avec les tarots de ce modèle. Même que pour certains utilisateurs des tarots, le Besançon est supérieur au tarot de Marseille.

Les arcanes de La Papesse et du Pape remplacés par Junon et Jupiter ne rende pas plus difficile la lecture des cartes, c’est une question d’habitude et d’affinités.

Tous les Besançon que j’ai testés étaient très opératifs, même les jeux les plus modernes comme le Tarot d’Épinal ou le JJ Suisse. À mon avis les techniques de taromancie traditionnelles s’appliquent à ce genre de tarot sans problème. Enfin, je le répète à qui veut entendre : la rumeur veut que ce soit avec des tarots de Besançon que fut pratiquée et élaborée la tradition de la cartomancie.

© Walter Boralis, 2012
N.B. : cet article a été fait à partir d'extraits du livre "Origines Secrète des Tarots", Walter Boralis, aux Éditions du Solstice, 2012

1 commentaire:

  1. Le Guide de la Voyance 2015 est une sélection sérieuse de voyants, voyantes, médiums, astrologues, tarologues, numérologues,hautement qualifiés.

    Pour plus d'informations : http://www.guide-voyancegratuite.fr/voyance.php

    RépondreSupprimer